Ne pas manger suffisamment peut avoir à long terme des impacts désastreux sur votre état de santé : fatigue chronique, perte de cheveux, troubles digestifs, ostéoporose, …

Dans cet article, nous allons tenter de décrypter les risques de cette dénutrition, et de vous donner des clés pour évaluer si vous mangez assez ainsi que des conseils pour parvenir à réajuster vos prises alimentaires.

Les risques de l’insuffisance alimentaire

Le premier risque de ne pas manger assez est évidemment lié à la dénutrition, généralement évalué à partir de l’IMC (Indice de Masse Corporelle), indicateur de base du poids santé.

On considère un poids comme « santé » lorsque l’IMC se situe entre 18,5 et 25. Un IMC inférieur à 18,5 est alors un indicateur d’insuffisance pondérale.

Les risques à long terme associés à l’insuffisance pondérale comprennent :

  • ostéoporose et fractures osseuses
  • infertilité et / ou aménorrhée
  • troubles digestifs
  • affaiblissement du système immunitaire
  • anémie
  • fatigue chronique

Les signes et les symptômes liés à la dénutrition

  • Vous êtes fatigué.e

Nous tirons notre énergie des calories contenues dans notre nourriture et notre hydratation.
Pour fonctionner correctement (respirer, réfléchir, bouger, …), notre corps a besoin d’une certaine quantité de calories.  Le nombre de calories nécessaires pour maintenir un poids santé varie d’une personne à l’autre et dépend de nombreux facteurs, tels que la taille, l’âge et le niveau d’activité physique.
Un personne qui ne se nourrit pas assez impacte ses niveaux d’énergie, ce qui provoque des sensations de fatigue physique et mentale.

  • Vous tombez souvent malade

Un déficit de nourriture altère le système immunitaire. Non seulement vous risquez de tomber malade plus souvent, mais également, vous prenez le risque de mettre plus de temps à évacuer les mauvais rhumes de l’hiver !

  • Vos cheveux tombent ou s’affaiblissent

Dans une étude scientifique, des experts ont démontré que les carences en protéines, en minéraux, en acides gras essentiels et en vitamines peuvent entraîner une chute des cheveux ou d’autres anomalies, telles que des modifications de la couleur ou de la structure des cheveux.

  • Vous avez des problèmes de fertilité

Le fruit des recherches scientifiques démontre l’impact du déficit calorique sur les capacités de reproduction des hommes et des femmes.

Lorsque le corps est dénutri, il focalise son énergie sur des éléments vitaux, tels la respiration ou la circulation sanguine.
En conséquence, la production d’hormones sexuelles peut être altérée, ce qui conduit à une baisse de la libido ou à l’arrêt des cycles menstruels.

  • Vous avez froid tout le temps

Une étude démontre une température centrale plus basse que la moyenne chez les personnes qui se restreignent en apport alimentaire.

  • Votre croissance est arrêtée

Chez les plus jeunes, un déficit calorique joue sur la continuité de la croissance.
Une bonne alimentation est essentielle au bon développement des plus jeunes. Un manque de nourriture peut entraîner des déséquilibres nutritionnels qui nuisent à certains aspects du développement, tels que la croissance des os.
Pendant la puberté, une alimentation suffisante est également essentielle pour permettre aux os de continuer à se développer et de se renforcer. 

  • Vous avez des problèmes de peau

Vitamine E, B3, Niacine, … un déficit de ces vitamines rend notre peau plus vulnérable, notamment face à l’exposition aux UV.
Ces vitamines se trouvent notamment dans la viande et le poisson gras, les noix, les graines, l’avocat, les huiles végétales, le germe de blé.

  • Vous êtes déprimé
  • Vous êtes constipé

Moins vous mangez, moins votre corps aura de matière à transformer en selle. De plus, une mauvaise hydratation rendra l’évacuation des selles plus difficile.

Comment augmenter ses apports ?

  • prendre des repas plus souvent au cours de la journée
  • manger des repas riches en protéines
  • intégrer plus de féculents à son alimentation, tels que le riz ou les pâtes
  • augmenter sa consommation d’acides gras monoinsaturés ou polyinsaturés, tels que les noix et les avocats

De toute évidence, si vous souffrez de troubles alimentaires, consulter un médecin (généraliste ou pédiatre), un nutritionniste ou un diététicien, et entamer un suivi psychologique est indispensable !

Vous souhaitez partager votre histoire avec la communauté, nous parler d’une initiative qui vous tient à coeur et qui pourrait venir en aide à nos lecteurs ? Ecrivez-nous !

#feeleatfamily

Besoin de plus d’aides ? Téléchargez l’application Feeleat !

Elle vous permet de faire un lien entre vos prises alimentaires, vos émotions, vos douleurs, pour petit à petit comprendre les situations qui favorisent votre bien-être.