Les applications minceur favoriseraient les troubles alimentaires