L’anorexie n’est pas un caprice de jeunes filles riches